AMERICA: DE 1851 À 1870

Catégorie : AMERICA

America by Theodore WalterUn propriétaire anglais

Après la course contre Titania le 28 août 1851, America a été vendu pour 5000 £ à Lord John de Blaquiere, un officier de l'armée des Indes, qui fit raccourcir les mâts de cinq pieds et les fit renforcer avec des bagues d'acier, ce qui altéra évidemment la vitesse.

Il courut le reste de la saison 1851 et l'été suivant avec un équipage anglais, perdant contre les cotres Mosquito et Arrow le 22 juillet 1852 dans la Queen's Cup de moins de deux minutes et gagnant le 12 octobre contre la goélette Sverige.

Le match-race face à la goélette Sverige

DIMENSIONS COMPARÉES AMERICA SVERIGE
Année 1851 1852
Longueur 30,86 m 34,45 m
Flottaison 27,38 m 34,45 m
Maître bau 6,96 m 7,62 m
Tirant d'eau 3,33 m 2,28/3,66 m
Déplacement 170 tonnes 188 tonnes
Surface de Voilure 498 m² 830 m²
Hauteur du mât 22,30 m 28,20 m
Flèche   5,49 m
Bôme 18,90 m 17,83 m
Beaupré 9,25 m 8 m

A cette époque, les Suédois construisaient les plus fines goélettes d'Europe. Ils adoptèrent les lignes de l'America qui ressemblaient plus à leurs propres bateaux que les schooners anglais et, au printemps 1852, ils lancèrent leur copie de l'America qui, comme l'America, fut baptisée du nom du pays.

Elle avait une étrave prolongée au maximum avec un beaupré de 8 pieds de long. Elle a été jaugée à 280 tonneaux britanniques contre 208 pour America. Ses dimensions étaient : longueur hors tout 111 pieds, maître bau 25 pieds, du pont à la quille 11 pieds, Maquette de la goélette Sverigetirant d’eau 7 pieds 6 pouces et 12 pieds dérive basse, grand mât 92 pieds 6 inches, mât de misaine 87 pieds 6 inches, flèche grand mât 18 pieds, flèche mât de misaine 18 pieds, bôme grand mât 58 pieds 6 inches, tangon grand mât 30 pieds, tangon mât de misaine 30 pieds.

Le match contre Sverige était le premier défi que le propriétaire anglais de l'America pouvait disputer avec son navire. L’enjeu était de £100, le parcours allait de Ryde Pier à un point situé à une vingtaine de miles sous le vent de Nab light et retour. le vent devait être supérieur à sept nœuds au départ. Les bonnettes n’étaient pas autorisées. Le départ se faisait au mouillage à partir de corps-morts. Lord de Blaquière, propriétaire de l'America, et Nicholas Beckman, Esq., de Stockholm, propriétaire de Sverige, naviguaient sur leurs navires respectifs. M. Beckman avait un équipage mixte de Suédois et d'anglais et skippait lui-même son navire. Il était accompagné par le commodore du Club de Gordon Royal London Yacht.

The schooner yacht 'Sverige' by Thomas Sewell RobinsAu départ, il y avait une jolie brise ENE. Les deux navires étaient entièrement voilés. Au passage de la marque, Sverige comptait 8mn 26s d’avance sur America mais il accrochait le bateau marque et cassait la fixation de la corne de grand mât. Au passage du phare Nab, Sverige comptait 20mn de retard et il terminait 26mn derrière America, des problèmes de compréhension l’ayant aussi handicapé dans les manœuvres.

The Illustrated London News (11 juin 1853)Dans cette course, le petit cotre Wildfire (encore lui), quarante-sept tonnes, de la Royal Victoria Yacht Club, a franchit la bouée 15 mn 38s avant America et plus de 7mn avant Sverige mais il n'a pas fini avec les coureurs.

Lord de Blaquière a suivi l'exemple du commodore Stevens en postant un défi la veille de la course contre le Sverige contre n’importe quel voilier construit en Angleterre - et non en Amérique - pour la somme de £500 à £1000, mais il n’a pas trouvé preneur.

Une première renaissance

Lord Templeton racheta l'America à Lord de Blaquière, et après l’avoir utilisé un été, il le laissa à Cowes en 1854 où il est resté jusqu'en 1859. Cette année-là, il a été mis en carénage dans le chantier Pitcher au Northfleet, près de Gravesend où on découvrit de la pourriture sèche, causée, sans doute, par le manque de ventilation adéquate. America aurait pu terminer sa carrière ici, si le propriétaire du chantier n’avait racheté l’épave et l’avait reconstruite dans le souci de préserver le fameux navire. Les Américains devraient s'estimer redevable à lui. Ses membrures ont été refaites en chêne et son bordé en teck et en orme. Il a été refait à neuf, prêt pour une nouvelle carrière.
America a quitté le chantier Northfleet sans l'aigle royal qui avait orné sa poupe et qui servira plusieurs années d’emblème publicitaire pour l'Hôtel Eagle à Kyde.

This sketch appeared in an 1864 edition of Harper's Weekly and shows the chase of a Confederate Schooner by a Union Blockade fleet.Retour mouvementé sous la bannière étoilée

En 1860, America a été vendu à S.E. Decie, Esq. qui l’a rebaptisé Camilla. Il a navigué dans les Antilles, et a couru cet été-là en Angleterre avec un succès médiocre.

Ensuite, on n’en entendit plus parler de ce côté-ci de l'Atlantique, jusqu'à ce qu’il soit racheté par une personne à Savannah, où il est arrivé en Avril 1861, après une escale a Porte Grande, aux îles du Cap-Vert. Le nom de son acheteur n'a pas été conservé dans les archives de la douane.

A Savannah, America a été aménagé comme un aviso avec un canon pour aider la Confédération à lutter contre le blocus, étant baptisé Memphis. Pas d'anecdotes de ses aventures dans cette période pittoresque de sa carrière sinon que les flottes du Nord l’entrevoyaient parfois, il a été chassé une fois par la frégate Wabash mais il a pu s’échapper. Sa vitesse était assez grande dans une forte brise pour lui permettre de fuir même les bateaux à vapeur, tandis que dans le petit temps, il était généralement caché dans un mouillage protégé.

Voici une évocation de la goélette America pendant la guerre en 1863, dans un vent soutenu. Cette gravure est tirée de la peinture originale du célèbre peintre de marine Carl G. Evers en 1975


En Avril 1862, alors que la canonnière Ottawa remontait la rivière Saint-Jean vers Jacksonville, son équipage a remarqué le gréement d'une goélette en contrebas dans la rivière, et après enquête a découvert que le navire était le fameux America. Le Commandant Thomas H. Stevens, de l'Ottawa (amiral par la suite), un ancien combattant de deux guerres, a renoncé à tout droit sur des gains pour la capture du navire par des motifs patriotiques, à la condition qu'il soit remis au gouvernement pour la formation des mousses à Annapolis. Cela a été fait, et pendant plusieurs années, America, son nom ancien restauré, a servi de navire-école pour les cadets de l'académie navale qui éprouvaient une profonde affection pour le navire.