MadeleinePNG.png

LA DEUXIEME COURSE DECISIVE

Catégorie : 1876 : DEFI N°3

00231VLa deuxième course

Cette première course avait fixé de manière assez concluante les mérites de chaque bateau et la deuxième course, le lendemain, était surtout intéressante en raison de la présence d'un troisième bateau sur le parcours, bien que naturellement hors concours. C’était le vieil America qui se présentait dans la course avec un équipage de course complet à bord, passant la ligne après le dernier bateau et naviguant sur le parcours avec les concurrents.

VICTOIRE DE MADELEINE.

COUNTESS OF DUFFERIN BATTU DE 27 MINUTES ET 14 SECONDES

LA QUEEN’S CUP RESTE LA PROPRIÉTÉ DU NEW-YORK YACHT CLUB.

04804The sun., 12 aout 1876 - La deuxième course pour la Coupe America a été courue hier. Elle a vu une autre victoire éclatante de Madeleine. Le yacht américain ayant ainsi gagné deux courses sur trois, la coupe reste entre nos mains pour une autre saison, au moins. Il y avait une jolie brise bien établie avec une mer calme, les conditions étant sensiblement les mêmes que vendredi mais la course se déroulait sur le parcours extérieur. Le match ne constituait pas, bien sûr, un test des qualités marines du yacht canadien dans un vent fort mais il faut admettre qu'il n'y a eu aucun match pour notre bateau dans ces ces conditions ordinaires. Comme il participera probablement à la croisière du New York Yacht Club, Countess of Dufferin rencontrera certainement une mer houleuse qui offrira un test plus satisfaisant de sa vitesse. Bien que battu, il a été un adversaire nullement à dédaigner.

Il y avait un épais brouillard dans la baie quand Gladwish, le vapeur des juges a appareillé vers le club house et il a fallu un long délai avant que le brouillard se dissipe suffisamment pour prendre les concurrents en remorque vers le point de départ à la pointe du Hook. 04003SIls y sont arrivés vers 11h30 et après avoir largué les amarres du Gladwish, ont fait voile et viraient çà et là avant le signal du départ qui a été retardé en attendant une brise plus favorable. Malgré l'heure matinale et le fait que c’était une course au large, il y avait plusieurs bateaux à vapeur regroupés autour du point de départ. Le parcours était de vingt miles au vent depuis la bouée 5 à la pointe du Hook. Le vent était au sud-sud-est.

À 12:15 le signal de départ a été donné. Madeleine a franchi la ligne à 12:17:24 et Countess of Dufferin à 12.17:58. Comme le général Butler avait exprimé le désir d'essayer America contre le Canadien, son temps a été officiellement pris à 12:22:09 et celui de Wanderer à 12:23:41. Le vent, quoique léger au départ, a progressivement fraîchi et après une heure soufflait une belle brise. Le Canadien, suite aux erreurs du vendredi, avait engagé Joe Elsworth "qui ne fait aucune erreur." Cet engagement a été critiqué par les hommes du New York Yacht Club à bord du bateau des juges qui le dénoncent comme antipatriotique.

LA COURSE

03656SLa marée était étale de haute mer et tous les bateaux sont partis tribord amure vers l'est. Pendant quinze minutes, Countess pointait plus que Madeleine, ce dernier laissant porter délibérément. A 12h30 Countess continuait à remonter au vent d'une manière qui, vu du vapeur des juges, ne signifiait rien de bon pour Madeleine qui, cependant, glissait dans l'eau plus rapidement, et augmentait légèrement son avance. Tous étaient au près en direction du Sud-Est.

À 12:45, ils étaient encore tous sur le même bord et s’éloignaient rapidement du vapeur des juges qui était resté au mouillage. Madeleine commençait à pointer mieux et à 13 heures remontait dans le vent de Countess tout en glissant dans l'eau plus rapidement. À 13h10, près d'une heure après le départ, le vapeur des juges a quitté son mouillage et a commencé le long bord de vingt miles. A ce moment, la coque de Madeleine était presque hors de vue tandis que les autres pouvaient être clairement distinguées, montrant qu'elle avait une bonne avance, bien que depuis le bateau jury, la position par rapport au vent ne pouvait pas être estimée. A 13h30, Madeleine avait près d'un demi-mile d'avance et était au vent de Countess. Le majestueux Wanderer était largement battu par cette merveille de la mer, America, qui était en train de montrer à l'étranger qu'un yacht construit un quart de siècle plus tôt pouvait battre un bateau de course lancé récemment.

OBSERVATION A DISTANCE

03696SA environ 14 heures, le vapeur des juges était à la hauteur de Sandy Hook Lightship, ce qui montre que sept miles environ avaient été parcourus. Du vapeur qui était six ou sept miles au large, il semblait que Madeleine était plus d'un mile au vent, et en avance sur le Canadien. America continuait son travail magnifiquement, démontrant ses qualités presque inégalées au louvoyage. Elle était sur les talons du Canadien et peu de temps après le dépassait pour se lancer à la poursuite de Madeleine. La longueur du premier bord commençait à exciter la surprise. La tactique aurait pourtant dicté des bords plus courts près de la côte. Madeleine, cependant, paraissait décidé à ne pas laisser Countess sur le même bord mais l’équipage de Countess semblait être au courant car ils se sont accrochés mile après mile.

A 14h30 les focs de Madeleine étaient très clairement visibles tandis que ceux de Countess l'étaient à peine. À 14:45 ils étaient toujours tous sur le même bord et Madeleine à ce moment devait être à près de huit miles au large du vapeur et maintenait son avantage. À 15 heures, il était évident qu'America avait pris la deuxième place et avait une position au vent de Countess de près d'un mile. À 15:05 le log a été relevé et il indiquait que 18⅞ miles avaient été parcourus. C’était évidemment une erreur car à partir de relevés sur la côte, il ne pouvait pas être plus de douze ou treize miles. Le bateau jury a donc continué et la distance calculée par des relevés à terre.

UNE MEILLEURE VUE.

00477SA 15h19 Madeleine a viré sur bâbord après un long bord de douze ou treize miles et se dirigeait vers le bateau des juges. Il était à ce moment-là plus de deux miles au vent de Countess et America devancait le Canadien par au moins la moitié de cette distance. Deux ou trois minutes plus tard, America a viré, suivi de quelques minutes par Countess et Wanderer. Il y avait une superbe brise, et une très légère mer sur laquelle la jolie Madeleine était poursuivie par l'impertinente America. C’était maintenant un long bord en direction du vapeur des juges qui avait presque terminé ses vingt miles. Les superbes bateaux couverts d'un nuage de toile offraient une vue magnifique. America a continué à augmenter son avance sur Countess et, semblant déterminé à surpasser ses exploits célèbres d'il y a vingt-cinq ans, commençait à remonter Madeleine, sans doute le voilier de sa taille le plus rapide dans le monde, à l'exception de Idler.

A 15:18 la grosse bouée baril a été mouillée comme marque de passage. A 16:42 Madeleine arrivait tribord amure vers la marque mais a du faire un petit contre-bord pour passer la bouée. Ashbury avait dit des choses désagréables pour le club qui n'indiquait pas de quel côté tourner la marque, mais cette fois le côté était bien imposé.

PASSAGE DE LA BOUÉE.

04433SMadeleine a viré à 16:42 puis de nouveau à 16:55 pour franchir la bouée et commencer le bord retour. En faisant cette tactique, il a essayé de hisser son grand flèche dans le même style rapide que la veille mais a moins bien réussi sa manœuvre. La bouée a cependant été enroulée dans un style magnifique et les focs ballons établis avec une merveilleuse rapidité. Madeleine a été chronométré à 17:01:52 et le beau yacht filait vers la maison avec son immense surface de toile, bien que le vent n'était pas particulièrement soutenu. Il était 17:13:41 quand Countess a franchi la marque mais America, dont la prestation ne peut guère être omise, est passé à 17:04:53, soit trois minutes et une seconde après Madeleine. Wanderer, qui était loin derrière, n'a pas contourné la bouée et a mis le cap sur le Hook.

Il n'y a rien eu à signaler sur le bord retour sauf que le vent a tourné légèrement à l'ouest. À 19:37:11 Madeleine est passé entre le Gladwish et la bouée n°5, remportant une victoire magnifique. Les félicitations nautiques de tous les bateaux à vapeur étaient bruyantes et prolongées et Madeleine a répondu avec de copieux applaudissements et un abondant feu d'artifice. Countess a surgi de l'obscurité près d'une demi-heure plus tard, passant la bouée à 20:13:58, mais America était arrivé auparavant à 19:49.

Les trois bateaux ont été chronométrés comme suit, le temps d'America étant uniquement présenté à titre comparatif car il n'était en course:

Madeleine bat Countess de 27mn 14s, et America bat Countess de 19mn 9s.

Madeleine a été pris en remorque par le Grant et ramené à Stapleton où il y a eu, bien sûr, beaucoup de félicitations. Sa victoire était complète et sans appel. La coupe restait en possession du New York Yacht Club et une troisième course n’était pas nécessaire.

Après la course, Countess of Dufferin a été dégréée et amarrée à New York. En raison des difficultés financières qui l'avaient assailli depuis le début, le Capitaine Cuthbert qui possédait la plus grande part du bateau voulait forcer le Major Gifford à vendre sa part. Cuthbert avait toujours eu foi en son bateau et il a été dit que son intention était d’économiser assez d'argent pour rendre le navire plus compétitif et de lancer un nouveau défi pour la Coupe.

Ces plans ont échoué et Countess of Dufferin a finalement été vendu aux enchères pour satisfaire certaines revendications à son encontre et a finalement retrouvé le chemin du Canada, avant d'être revendu à un plaisancier de Chicago, qui courra avec sur le lac Michigan.
 

Facebook Likebox Slider FR