L'HISTOIRE DE MADELEINE

Catégorie : MADELEINE

The Madeleine's victory over the Countess of Dufferin, third America's Cup challeger, August 11, 1876Une domination insolente

"Madeleine ramène l'escadrille au port"… C'est dire si à partir de 1873 la goélette à dérive de Jacob B. Voorhis brille par ses performances face à ses concurrentes de la flotte du NYYC. Entre autres exploits, cette année-là, Madeleine remporte les deux trophées les plus convoités réservés aux goélettes, la Bennett Cup et la Douglas Cup !

Cette domination est telle qu'au cours de la saison suivante, Voorhis renonce à inscrire son bateau dans les régates car plus personne ne veut l'affronter. Il se contente de suivre la Croisière estivale du NYYC, mais même avec ses voiles de route, il lui faut ralentir la marche pour ne pas distancer les autres ! En 1875, Madeleine revient dans le circuit des courses et Voorhis renoue avec le succès. Ainsi à l'automne, il s'adjuge la Cap May Cup devant Mohawk - la goélette qui va défrayer la chronique en chavirant à l'ancre quelque temps plus tard - Rambler, Resolute, Idler, Dreadnaugh et Eva ! Dans un match de fin de saison à New York, Madeleine surpasse une nouvelle fois Mohawk.

La sélection du Defender

America intercalé entre Madeleine et Countess of DufferinLorsqu'au début de l'année 1876 le NYYC reçoit le défi canadien du Major Gifford pour courir l'America's Cup avec Countess of Dufferin, le Comité de la Cup du NYYC propose aux propriétaires des cinq goélettes les plus performantes de sa flotte une compétition pour choisir le defender, à savoir : Palmer, Columbia, Tidal Wave, Madeleine et Idler. Seuls les deux derniers bateaux cités se rencontrent au cours d'un match et Madeleine, qui est devenue propriété de John S. Dickerson, remporte l'honneur de défendre la Cup.

À l'origine, Madeleine a été conçue par son propriétaire Jacob B. Voorhis, un modeler talentueux new-yorkais, dotée d'un gréement de sloop, jaugeant 70 tonneaux. Le bateau est construit par David Kirby dans son chantier de Rye, New York. Au début de 1870, Madeleine est légèrement refondue et regréée en goélette par Kirby. Le 8 août de cette même année a lieu la première course de l'America's Cup à New York. Le challenger anglais de James Ashbury, Cambria, doit affronter les meilleurs éléments de la flotte du NYYC, dont Madeleine. Cambria finira 8e en temps réel, loin derrière le vainqueur Magic, mais devance de 4 places Madeleine

Qu'importe ! Voorhis décide de modifier une nouvelle fois sa goélette. En 1871, c'est John E. Smith qui agit une première fois dans son chantier de Nyack, New York. Il récidivera deux fois encore, en 1873 et 1875. Ainsi, la partie arrière de la coque est allongée de 5,20 mètres et le franc-bord est rehaussé de 35 centimètres ! Chaque nouvelle transformation renforce l'invincibilité de Madeleine qui est acquise par John S. Dickerson début 1876.

The Schooner Madeline winner of the 1876 americas Cup - Shane CouchQuelques mois plus tard, la goélette américaine affronte le challenger canadien, Countess of Dufferin. Avant la course, le skipper américain, Josephus Williams fait poncer et revernir la coque. Madeleine pourtant «âgée» de 9 ans est plus rutilante que la goélette flambant neuve des Canadiens. Le 11 août 1876, Williams mène le defender à la victoire et bat Countess skippée par Alexander Cuthbert de 9 minutes et 58 secondes en temps réel (de 10 minutes 59 en temps compensé). Le lendemain, Madeleine devance à l'arrivée le challenger pourtant barré par son pilote américain, le fameux capitaine Joseph «Joe» E. Ellsworth, de 27 minutes et 14 secondes en temps compensé. La goélette America a été autorisée à prendre le départ de cette seconde manche, en retrait afin de ne pas gêner les concurrents. Elle termine également devant Countess of Dufferin, la distançant de 19 minutes et 9 secondes !

Madeleine vient d'assurer avec aisance la défense de cette troisième America's Cup. Elle poursuit épisodiquement une carrière de yachting puis quitte la compétition au début du 20e siècle. La goélette est enregistrée au port de Tampa en Floride. Le bateau est armé au commerce puis finit par servir de ravitailleur à des pêcheurs d'éponge lorsqu'il devient la propriété d'un certain Levin Denton Vinson. En 1907, Madeleine est laissée à l'abandon dans une baie de la côte ouest de la Floride, près de l'embouchure de la Hillsborough River. Elle devient bientôt une épave échouée dans la vase et finit, après quelques années, à disparaître du paysage…

 

Facebook Likebox Slider FR