VigilantPNG.png

DE LONGUES NEGOCIATIONS (ENCORE)

Imprimer E-mail

Catégorie : 1893 : DEFI N°8

Une première demande

Après la dernière modification de l'Acte de Donation adoptée en mai 1888, calme plat sur la Coupe jusqu'au printemps suivant, quand un défi en date du 19 mars 1889 a été émis au nom du Comte de Dunraven.

Son navire s'appelait Valkyrie (plus tard connu sous le nom de «premier» ou «vieux» Valkyrie). C'était un seventy-footer, ses dimensions indiquées dans le défi étaient de 85 pieds hors-tout, 15,9 pieds de maitre bau et 11,6 pieds de tirant d'eau. Il a été construit par J.C. Fay & Company de Southampton sur les dessins de George L. Watson.

Le défi de Lord Dunraven a été accepté le 11 avril et un comité spécial de sept membres a été nommé pour régler les détails pour le match, avec instructions d'insister pour que la Coupe, si elle était gagnée par le challenger, reste soumise aux termes de l'acte de donation. Lord Dunraven et le Royal Yacht Squadron ont été informés de la nomination du comité qui se composait de James D. Smith, président, Rutherford Stuyvesant, JR Busk, William Krebs, J. Frederick Tams, Philip Schuyler, Gouvemeur Kortright, Commodore Elbridge T. Gerry, vice commodore Latham A. Fish, et le Commodore Archibald Rogers.

Lord Dunraven entra dans une correspondance active avec le comité, demandant cinq courses et d'autres concessions. Mais le 27 Juin 1889, un comité spécial du Royal Yacht Squadron composé de Messes Charles Baring, John Mulholland et Allen Young a annoncé par lettre avec beaucoup de regret que,

Nous sommes dans l’impossibilité de confirmer le défi car l'obligation de conserver l'acte de donation nous empêcherait de redonner à cette compétition le caractère amical qu'il est si souhaitable d'encourager et de maintenir et pour lequel la Coupe semble avoir été à l'origine transmise au New York Yacht Club.
Nous attirons particulièrement votre attention que le fait d'accepter les conditions du New York Yacht Club serait de contraindre le Royal Yacht Squadron, en cas de victoire, de donner des conditions plus favorables au challenger que celles qu'il a eu lui-même.

En réponse à la lettre du Royal Yacht Squadron qui a laissé un aiguillon, le Club par la voix le président Smith du Comité de la Coupe, le 16 Juillet 1889, a exprimé ses regrets que le Royal Yacht Squadron n'ait pu confirmer le défi de Lord Dunraven et a attiré l'attention sur la clause du "consentement mutuel" comme suit:

Pour corriger le malentendu qui semble exister dans l'esprit de votre comité, le comité, dont je suis le président, se sent obligé, en se référant au dernier paragraphe de votre courrier, de vous faire remarquer que le nouvel acte de donation aux termes duquel vous vous opposez, prévoit expressément que le club challenger et le club defenseur peuvent, par consentement mutuel, conclure tout accord satisfaisant pour les deux parties, et également toutes les autres conditions du match », etc, etc, de sorte que si le Royal Yacht Squadron gagnait la Coupe, il ne serait pas obligé de donner des conditions plus favorables au challenger que celles qu'il a eu lui-même.

Le club a ajouté que si d'autres objections à l'acte étaient soulevées, il serait susceptible de trouver une explication facile, laissant ainsi entendre doucement que le Royal Yacht Squadron n'avait pas réussi à interpréter correctement les termes de l'acte de donation. Fin du premier épisode...

Deuxième épisode

Lord Dunraven est revenu à la charge l'année suivante dans une lettre adressée à M. J.R. Busk du New York Yacht Club, énonçant ses objections à l'acte, qui étaient comme suit:


Cowes Roads, April 26, 1890.

Cher Monsieur,

— J'aurais pensé que les causes de notre désaccord pour le nouvel acte de donation avaient été clairement indiquée dans la correspondance de l'année dernière, mais en vue de votre lettre du 3 de ce mois, il pourrait sembler discourtois que je ne précise pas mes objections personnelles.
Je m'oppose à l'acte du 24 Octobre 1887, principalement dans la mesure où il diffère de l'acte du 4 janvier 1882 en vertu duquel les trois derniers matches ont été courus, et je considère qu'il est beaucoup trop compliqué pour un document de gouverner une question de sport comme la course de yacht.

Je m'oppose à l'augmentation du préavis de six de dix mois; six mois est, je crois, suffisant, et dix conduirait à beaucoup d'inconvénients.
Je m'oppose à l'obligation de fournir les dimensions limites du navire, savoir, la longueur de la flottaison, le maître bau à la flottaison, le maître bau extrême et le tirant d'eau, au motif que trop d'avantage est donné à la défense, et aussi parce qu'il pourrait être impossible de trouver équilibre approprié d'un navire sans dépasser les dimensions calculées.
Je m'oppose à la condition qu'il n'y ait aucun handicap de temps.

Avec ces points de vue, je ne pouvais pas contester avec la condition que la coupe, si elle est gagnée, doivent être remise en jeu aux termes d'un document que je ne pense pas juste, ou susceptible de créer une compétition amicale.

Le New York YC semble insister que par consentement mutuel toutes les conditions prévues dans le nouvel acte peut être dérogées. Même dans ce cas, je dois refuser le challenge parce que le simple fait pour toute personne ou club de tenir une Coupe selon les termes d'un acte de donation, doit nécessairement imposer que tous les termes de cet acte sont suffisamment raisonnables et équitables.

En outre, je dois remarquer que l'interprétation de la clause du «consentement mutuel» est une question que les experts juridiques ne peuvent décider. Il mentionne que les dates, les parcours, le nombre de courses, le règlement et les règles de navigation, ainsi que tout autre condition du match, peuvent être établies par consentement mutuel. Ceci fait évidemment référence aux arrangements et aux détails d'un match particulier.

EarlOfDunraven2

La clause précise que dans certaines circonstances le préavis de dix mois peut être supprimé, mais aucune allusion n'est faite à l'obligation de fournir les dimensions du yacht challenger. Comme le fait que le préavis de dix mois peut être dérogé à est particulièrement mentionné, il est clair que les conditions relatives à la dimension n'ont pas été supprimées.

Même si la clause de consentement mutuel peut être appelé à supporter une interprétation plus large que celle que j'ai attaché à lui et est destiné à remplacer tous les termes et conditions figurant dans le nouvel acte de donation, un Club challenger se trouverait dans l'obligation d'avoir à organiser un défi en respectant des clauses abusives auxquelles il n'a jamais adhérer. Une telle position ne serait pas digne des yacht clubs, ici.

En résumé, telles sont mes principaux motifs d'opposition à l'acte nouveau. Je ne veux pas en conclure que les termes de l'acte du 4 janvier sont à tous égards satisfaisante, mais je ne vais pas vous ennuyer avec mes idées personnelles sur les meilleures conditions possibles pour l'organisation et la conduite de la course internationale.

N’étant pas personnellement concerné par les litiges récents entre le New York Yacht Club et le Royal Yacht Squadron, je me suis, bien sûr, adressé à vous en votre qualité de président du Comité pour vous donner la liberté d'utiliser cette lettre comme bon vous semblera.

Je reste, cher monsieur, votre humble serviteur,

J. R. Busk, Esq. Dunraven.

Aucune autre correspondance n'a été reçue par le New York Yacht Club à la recherche d'un défi pour la coupe jusqu'à septembre 1892, quand Lord Dunraven, dont les possibilités en tant que challenger n'avait pas été perdues de vue, a été entendu de nouveau.

Une correspondance a été une fois de plus établie avec lui et a abouti à un deuxième défi portant la date du 25 novembre. Il était comme suit:

R. Y. S. Castle, Cowes, 25th November, 1892.
J. V. S. Oddie, Secretary New York Yacht Club.

Cher Monsieur,
— Je suis chargé par Lord Dunraven de vous faire parvenir un défi officiel pour la Coupe sur les conditions suivantes, convenues entre Lord Dunraven et un comité nommé par le New York Yacht Club, à savoir. : /
Conditions contenues dans les lettres de Lord Dunraven du 16 Septembre à M. Oddie et du 7 Novembre au général Paine:


- 1: La longueur de flottaison du navire est la seule dimension nécessaire, elle doit être envoyée avec le défi, et le Registre des Douanes doit suivre dès que possible.
- 2: Tout dépassement de longueur du challenger comptera double dans le calcul de l'allocation du temps, mais le navire challenger de ne pas dépasser, dans tous les cas, la longueur estimée de plus de deux pour cent; le yacht defender ne doit pas dépasser la longueur de flottaison du navire challenger de plus de deux pour cent, et tout excédent de longueur comptera double dans le calcul de l'allocation du temps, excepté pour tout yacht de gréement identique, existant ou en cours de construction au 20ctobre 1892, et disponible pour une utilisation par le New York Yacht Club dans la défense de la coupe, qui recevra l'allocation du temps ordinaire, selon le New York Yacht règles du Club.
- 3: Il doit être entendu et convenu que, si la coupe venait sous la garde du Yacht Club britannique, elle devra être remise en jeu en vertu de termes précisément semblables à ceux contenus dans le présent défi.

Par conséquent, au nom du Royal Yacht Squadron, et au nom de Lord Dunraven, je relève le défi de naviguer une série de matchs avec le yacht Valkyrie contre n'importe quel yacht ou navire construit aux États-Unis pour la coupe, et suggère que le match se courra en Août ou Septembre 1893. Lord Dunraven serait heureux si les dates précises peuvent être laissées ouvertes pour le moment, mais si votre comité le désire, il choisira la date exacte. Ce qui suit sont les caractéristiques du navire challenger:
Propriétaire, Lord Dunraven; nom, Valkyrie; dimension, longueur de flottaison, 85 feet.

Le registre des Douanes suivra dès que le navire sera mesuré à l'enregistrement.

Richard Grant.

Le New York Yacht Club a accepté le défi le 13 décembre, decidant que le match devrait commencer dix mois apres le 5 décembre, jour où le défi a été reçu, "la date du match pouvant faire l'objet de modifications pour convenance mutuelle et par consentement mutuel". Il fut convenu qu'il devrait y avoir cinq courses, si nécessaire.

 

{loadnavigation}