ValkyrieIIIPNG.png

2EME TENTATIVE DE LORD DUNRAVEN

Catégorie : 1895 : DEFI N°9

LORD DUNRAVEN a laissé Valkyrie II à New York pour l'hiver 1893-1894, mais il n'a pas couru dans les eaux américaines la saison prochaine comme il avait l'intention de le faire. Ses yeux étaient encore tournés vers la Coupe, et à l'automne de 1894, il a entamé des négociations en vue d'un nouveau défi.

Sa première lettre à ce sujet, datée du 24 octobre 1894 depuis le château de Dunraven, était adressée à M. J.V.S. Oddie, secrétaire du New York Yacht Club.

Il y a suggéré qu'il serait à nouveau challenger sur les modalités des courses entre Vigilant II et Valkyrie, légèrement modifiées. Il souhaitait que les yachts soient mesurés avec tous les poids à bord et que leur ligne de flottaison soit marquée, que toutes les courses aller-retour commencent par le bord de près, que les parcours soient mouillés au large de Marblehead qui offre un plan d'eau plus clair et plus sûr que Sandy Hook. Il a également demandé le droit de venir avec le meilleur navire britannique, au cas où son challenger ne s’avère pas le plus rapide.

Le club a nommé un Comité chargé des négociations consistant de Mrs. James D. Smith, Latham A. Fish, A. Cass Canfield, J. F. Tams, Philip Schuyler, Charles J. Paine et le Gouverneur Kortright, Mr. Smith étant président et Mr. Canfield secrétaire.

Le 15 novembre, le Comité a informé Lord Dunraven qu'il accorderait sa demande pour que les navires soient mesurés en charge; qu'il ne lui semblait pas possible de démarrer toutes les courses par le bord de près; que le plan d'eau de Marblehead ne pouvait être retenu; enfin, si Lord Dunraven voulait substituer un autre navire à son challenger, un second défi serait acceptée après le retrait du défi initial. Cela donnait à Lord Dunraven la possibilité de choisir le voilier le plus rapide en Angleterre, une concession importante.

Au sujet de la procédure de départ à un seul coup de canon utilisée en 1893 le Comité note:
"L'expérience d'un départ à un seul coup de canon, bien que plus intéressante l'année dernière, est une innovation sur la coutume du club, et nous pensons qu'une certaine période courte, disons deux minutes, doit être autorisée pour franchir la ligne d'après le signal de départ. L'heure exacte de passage de n'importe quel yacht durant cette période sera son temps de départ. L'attachement à cette règle est très fort et nous pensons que notre pratique produit une course plus satisfaisante."

Au sujet de l'organisation de la coupe dans le cas où elle serait gagnée par Lord Dunraven, le comité souligne qu'à son avis tout accord spécial était superflu dans l'acte de donation, et «le plus inopportun, étant dans la nature d'un complément à l'acte lui-même."

Le 6 Décembre, le défi de Lord Dunraven a été reçu par câble à partir du Royal Yacht Squadron. Il se présente comme suit:

Dans une lettre précédente écrite le 1er décembre mais reçue seulement le 10 décembre, Lord Dunraven avait demandé que le préavis de dix mois soit réduit à huit mois.

En ce qui concerne la procédure de départ, il écrivait:
"Notre mode de départ est, je pense, de loin préférable au plan que vous proposez, un écart de deux minutes peut représenter, en raison de variations dans la force du vent une différence d'une centaine de mètres à un demi-mile. Votre proposition induit par conséquent un élément de hasard qui est évité lorsque les bateaux commencent pratiquement en même temp. Dans notre système, l'avantage acquis au départ est certainement légitime, découlant de la supériorité de maniabilité et de manœuvre. Mais comme votre comité croit fermement que la coutume ordinaire du club doit être respectée, j'accepte leur proposition ."
Les passages sur la procédure de départ dans la correspondance entre le comité et Lord Dunraven sont ici cités car ils montrent les arguments pour et contre sur un sujet qui a connu beaucoup de controverses parmi les plaisanciers.

Lord Dunraven a demandé dans sa lettre si le club acceptait le défi sur exactement les même conditions que son dernier défi. Pour ce club a répondu par câble, soulignant que les conditions avaient été modifiées par certaines lettres de Lord Dunraven. Les conditions n'étaient alors pas considérées comme satisfaisantes pour le club, mais en raison du peu de temps pour conclure la correspondance, le Royal Yacht Squadron a répondu le 16 Décembre par câble : "Si le défi est accepté et que notre représentant gagne, le Royal Yacht Squadron ne réclamera pas la Coupe, à défaut d'un accord satisfaisant ».

A cela, le New York Yacht Club a répondu le 17 décembre qu'il n’était « pas d'accord que le Royal Yacht Squadron, après avoir remporté la coupe, puisse rejeter la garde de celle-ci », selon les termes de l'acte de donation, et a déclaré qu'il attendrait le 15 janvier pour une réponse officielle.

La réponse du Royal Yacht Squadron, reçue par le câble, se présentait comme suit:

Cela mettait le Royal Yacht Squadron en situation d'accepter l'acte de donation avec les modifications ajoutées par le New York Yacht Club. A partir de la, les négociations se sont déroulées en douceur et le défi défi de Lord Dunraven a été accepté le 14 janvier.

Le préavis de dix mois a été raccourci en huit mois en raison du caractère tardif de la saison et les détails de la rencontre seront discutés à l'arrivée de Lord Dunraven dans ce pays, la date de la première course étant fixée le 7 septembre 1895.

 

Facebook Likebox Slider FR