MayflowerBdN.png

Sutton, Sir Richard (1853-1891) GB

Catégorie : PROPRIETAIRES

01245VSir Richard Francis Sutton, 5ème Baronnet (20 Décembre 1853 – 25 Février 1891) était le propriétaire du yacht de course Genesta avec lequel il a couru contre Puritan pour la Coupe de l'America en 1885.
Il a été marié à Constance Corbet, fille de Sir Vincent Corbet, Bt., et a eu un fils (Sir Richard Vincent Sutton, 6ème baronnet, voir ci-dessous) qui lui a succédé à titre posthume. Il était le shérif de Berkshire en 1887.

Le Sutton baronnet, de Norwood Park dans le comté de Nottingham, a été créé dans le Baronetage de Grande-Bretagne le 14 Octobre 1772 pour le politicien Richard Sutton. Il était le deuxième fils survivant de l'éminent diplomate Sir Robert Sutton. Ce dernier était le petit-fils de Henry Sutton, frère de Robert Sutton, 1er Baron Lexington. Hugh Clement Sutton (1867 & ndash; 1928), fils de Henry George Sutton, sixième fils de la deuxième Baronet, était un major-général dans l'armée britannique. Dans la fin du 19e et début du 20e siècle, le siège de la famille était à Benham Place. Cependant, la maison a été vendue en 1982.

Sir Richard Vincent Sutton, 6th Baronet
(26 avril 1891 – 29 novembre 1918)

Sutton a combattu comme lieutenant pendant la Première Guerre mondiale et a été blessé au combat en Octobre 1914. Il était l'un des hommes les plus riches d'Angleterre, possédant 13.000 acres (53 km2) et une partie du West End à Londres. Son engagement a été annoncé en 1916. Il a été succédé par son oncle.

 

Genesta était un cotre anglais typique de l'époque dessiné par John Beavor-Webb. Ses membrures était en acier avec des bordées en chêne. C'était le premier yacht construit en composite pour la Coupe. Il est arrivé à New York le 16 juillet 1885 après une traversée de 22 jours, le record pour un voilier à travers l'Atlantique. Sir Richard Sutton et John Beavor-Webb sont arrivés quelques jours plus tard.

Voici une première critique de Sir Richard Sutton publiée avant les courses par le New York Times le 31 août 1885.

L'ATTITUDE DE SIR RICHARD SUTTON CRITIQUÉE COMME ANTISPORTIVE

A prominent yachtsman said yesterday:
“The course of Sir Richard Sutton in endeavoring to conceal the qualities of his boat is not calculated to impress American yachtsmen at all favorably. He assumes an air of superiority, as if we had everything to learn from him, while he could not possibly learn anything from us. If he had stood less aloof and shown a disposition to try his boat with some of ours when opportunity offered, he would have awakened a much more cordial feeling. But, of course, he is the best judge of what he wants to accomplish. There is one thing his treatment by American yachtsmen presents an agreeable contrast to the treatment the latter receive when they cross the ocean in their own boats. He has been let severely alone, while it is notorious that as soon as an American yacht arrives in English waters she is dogged and blanketed and beset in a way that reflects little credit on English yachtsmen. Finding fault with the New-York Club course, of which I will venture to say they had pretty accurate knowledge before they came over, and objecting to dry dock the Genesta at any place where she can be seen, may accord with English ideas of sportsmanlike conduct, but it looks to the American eye more like querulousness and a purely business propensity to haggle. It almost forces one to the conclusion that Sir Richard Sutton has been hoodwinked into allowing his boat to be used for advertising purposes.

Après l’accident du 8 septembre dans lequel Puritan a été disqualifié, l’opinion américaine sur Sir Richard Sutton n’était plus la même comme en témoigne cet article publié par le New York Times le 10 septembre 1885.

"ÉLOGES DE TOUS CÔTÉS: MAGNANIMITÉ, ÉLÉGANCE DE SIR RICHARD SUTTON."

“Sir Richard Sutton is the most popular man just now in America !“
02339SThis remark was made last night at the Union Club to Sir William Levinge, Sir Richard's brother-in-law, by a well known New-Yorker. Sir William laughed at the remark, and possibly may have rated it as one of those polite speeches that clever men of the world always have at their tongue’s end, but it he could have heard the conversation in business circles yesterday, and in the clubs and hotel vestibules last evening, he would not have taken it for flattery. As a matter of fact, the very handsome behavior of Sir Richard Sutton on Tuesday in declaring that he wanted a race and not a walk-over was the talk of the town. It was spoken of and praised on every hand, and not a few persons who did not understand that the mishap was entirely accidental were inclined to be severe on the owners of the Puritan.

In justice to these gentlemen, however, it must be said that they disclaim any intention to try sharp practice on the Englishman, and say that they unwittingly got into a predicament which forced them to choose the lesser of two evils. They discovered that to attempt to go to the leeward would have made the Puritan run plump into the hull of the Genesta, and rather than do that they decided to cross her bows and run the chance of letting her bowsprit tear the Puritan's mainsail. This statement is corroborated by E. M. Padelford the representative of the Genesta on board the Puritan, who says he was perfectly satisfied that the collision was entirely accidental.

Sir Richard Sutton on Tuesday evening addressed a very polite note to Mr. Forbes saying that he was convinced the collision was purely accidental, that the cost of repairing the yacht would be trifling, and that he could not think of allowing the owners of the Puritan to pay it.

La belle prestation de Genesta et le grand esprit sportif de Sir Richard Sutton ont créé un sentiment plus amical envers le plaisancier anglais que ce qui avait existé. La conduite de Sir Richard dans la faute de Puritan lui a valu l'estime de toutes les classes. Son état de santé a été copieusement arrosé lors d'une réception donnée en son honneur le 24 septembre par le New York Yacht Club et il a été fait membre honoraire du club.

Après la Cup, Sir Richard Sutton dispute un certain nombre de régates organisées sur la côte Est à bord de Genesta. Il gagne la Brenton Reef Cup et la Cape May Challenge Cup, qu'il ramène avec lui en Angleterre.

Après son retour en Angleterre Sir Richard Sutton s'est engagé auprès d'une jeune femme qui est tombée gravement malade. Il souhaitait vendre Genesta mais comme il n'a pas trouvé acheteur il a encore fait seulement quelques courses.
Genesta remporte la première course autour de la Grande-Bretagne organisée en 1887 pour les célébrations du Jubilée de la reine Victoria. Mais à cette époque, Irex dominait et Genesta était surclassé.

Sir Richard a abandonné la course et a vendu Genesta qui a ensuite été converti en yawl et a finalement été démoli en 1900. Sir Richard est mort d'une péritonite le 25 février 1891. C'était un plaisancier vif avec un bon sportif: il est regrettable que son mauvais état de santé et celui de son épouse aient raccourci sa carrière de course. Genesta a été l'un des plus beaux navires concourant pour la Coupe de l'America et même s'il a été vaincu, il a fait l'admiration de tous.

 

LIEN UTILES