DefenderBdN.png

Murdoch, Frank J. (1904-1996) UK

Catégorie : SKIPPERS & EQUIPIERS

Frank John MURDOCH est né le 21 février 1904 à Anvers en Belgique, fils de William Dominique Murdoch et Alice Murdoch (née Jansen). Marie à Phyllis Murdoch (née Strutt) il a eu deux garçons: Anthony John et Colin Peter. Il est décédé le 13 juin 1996 à Nyon, Suisse.

Son implication avec la construction de bateaux n'est pas une surprise ...

La famille Murdoch en vivait depuis 1867, et Frank avait navigué et couru avec succès sur des 8 mètre et 6 mètre JI pendant toute sa jeunesse. Après son apprentissage, il a assumé le poste de directeur adjoint d'une société d'Anvers, en Belgique, qui fabriquait des aménagements de bateaux pour le chantier naval de Murdoch. Il a ensuite étudié l'ingénierie à l'University College, la plus prestigieuse école d'ingénieurs de Londres.

«Le parfait mélange de génie et de gentleman»

Frank Murdoch a apporté la technologie de pointe pour la Coupe de l'America et a peut-être sauvé l'Angleterre pendant la guerre.

À la fin de 1936, lors d'un voyage en Allemagne pour superviser les essais de deux moteurs diesel pour Philante de TOM Sopwith, Murdoch a observé un grand nombre de moteurs de sous-marins, des avions de chasse et des bombardiers dans les chaines de production. De retour en Angleterre avec cette information, lui et Sopwith ont aussitôt intensifié leur propre production d'avions en préparation pour l'inévitable. En tant qu'ingénieur de production en chef pour Hawker Engineering Co. Ltd., une excroissance du Sopwith Airplane Co., Murdoch était en charge d'une équipe de 800 hommes qui a construit plus de 200 Hawker Hurricane de 1937 à 1941. Ce sont les avions qui ont gagné la bataille d'Angleterre.

Avant cet effort patriotique, ce fut le génie de Murdoch qui a contribué à faire du premier challenger de la Coupe de l'America de Sopwith, Endeavour, la merveille technologique qui a presque déboulonné la Coupe du New York Yacht Club. Trois ans après leur première rencontre, alors qu'ils couraient sur des 12 mètres JI au large de la côte sud de l'Angleterre, Sopwith avait engagé Murdoch pour superviser le travail du chantier Camper & Nicholson pour le mât et le gréement du nouveau Classe J de Sopwith.

L'expérience de l'ingénierie et l'influence de Murdoch ont transformé le yacht en une merveille technologique. Ses plans pour le gréement avec l'utilisation de jauges de contrainte étaient très novateurs. Un seul winch manœuvré par deux hommes qui fonctionnait comme une machine à ramer et les premiers indicateurs de direction du vent à bord étaient également des innovations Murdoch. Dans le défi de 1934, il avait également prêté son expérience à bord d'Endeavour comme régleur des voiles et superviseur.

En 1936, malgré la lourde charge de travail au Hawker Engineering, il a trouvé le temps de concevoir le gréement de Endeavour II. Après les courses de la Coupe de l'America 1937, cependant, les détournements de Murdoch pour la voile ont pris fin pour se consacrer entièrement à l'effort de guerre.

Après la guerre, il est revenu au yachting avec Lalage, un 6 mètre JI conçu par Camper & Nicholson. Il a couru en Angleterre, en Belgique, en Suisse et aux États-Unis et a représenté la Grande-Bretagne aux Jeux Olympiques 1952 d'Helsinki. En tant que président du Comité de sélection de classe IYRU, il a joué un rôle dans le choix du Soling comme nouvelle classe de quillard olympique pour remplacer le Dragon.

Ironie du sort, en 1984, à l'âge de 80, une fois de plus Murdoch a été impliqué avec Endeavour. Il est devenu ingénieur-conseil de Elizabeth Meyer pour la restauration du célèbre Classe J. Sa patience, sa connaissance du bateau, sa logique et sa discipline ont joué un rôle vital dans l'effort pour restaurer l’épave du voilier à sa beauté originale.

 

LIENS UTILES

 

Facebook Likebox Slider FR